Fondateur : NAVA

Fondateur



Jean-Marie Besset, diplômé de sciences économiques (ESSEC, 1981) et d’études politiques (IEP de Paris, 1984), il partage de 1986 à 1998 son temps entre New York, où il écrit, et la France, où ses pièces sont jouées. En 1999-2000, il est, auprès de Laura Pels, directeur délégué du Théâtre de l’Atelier. En 2001, il est élu au Conseil d’Administration de la SACD. De 2002 à 2009, il fait partie du comité de lecture du Théâtre du Rond-Point. Nommé dix fois aux Molières (six fois comme « Meilleur auteur » et quatre comme « Meilleur Adaptateur »), Besset est lauréat du Syndicat National de la Critique Dramatique(1993), Prix Nouveau Talent Théâtre de la SACD (1993), Chevalier (1995), puis Officier (2002) des Arts et Lettres, Prix du Jeune Théâtre puis Grand Prix du Théâtre de l’Académie Française (1998 et 2005), Chevalier de l’Ordre du Mérite (2009).

De janvier 2010 à décembre 2013, il est directeur du Théâtre des 13 vents CDN Languedoc-Roussillon Montpellier.

Il est l’auteur de Villa Luco (1984), La Fonction (1985), Fête Foreign (1986), Ce qui arrive et ce qu’on attend (1988), Grande école (1990), Marie Hasparren (1992), Un coeur français (1995), Baron (1997), Commentaire d’amour (1998), L’Ecole de New York (2000), Rue de Babylone (2002), Les Grecs (2003), RER (2005), Perthus (2007), Un couple idéal (2008), Je ne veux pas me marier (2009), Roch Ferré (2009), Le Banquet d’Auteuil (2011), Le Kiné de Carcassonne (écrit avec Régis de Martrin-Donos, 2011), À la guerre comme à la guerre (écrit avec Régis de Martrin-Donos, 2012), La Fille et le garçon (2014).

Il a également adapté Le Bonheur des autres (Michael Frayn ; 1988), Le Malin plaisir (David Hare ; 1989 ; Théâtre de l’Atelier 2000), Moulins à paroles (Alan Bennett ; 1990 ; avec Annie Girardot, Tsilla Chelton 2001), Quelque chose dans l’air (Noël Coward ; 1991), La Nourriture du feu (Jon Robin Baitz ; 1992), Danser à Lughnasa (Brian Friel ; 1992), L’Oncle Paul (Austin Pendleton ; 1995), Arcadia (Tom Stoppard ; 1995 ; Comédie Française 1998), Un tramway nommé Désir (Tennessee Williams ; 1997 ; avec Caroline Cellier), Grand galop (Mary Louise Wilson & Mark Hampton ; 1997), Le Bel air de Londres (Dion Boucicault ; 1998, avec Robert Hirsch), Copenhague (Michael Frayn ; 1998. Molière 1999 meilleur adaptateur), Outrage aux moeurs (Moisès Kaufman; 2000), L’Invention de l’amour (Tom Stoppard ; 2001), Tokyo Bar (T. Williams, 2002), Trois jours de pluie (Richard Greenberg, 2002), Van Gogh à Londres (Nicholas Wright, 2003), À la folie pas du tout (Edward Albee, 2004), Un cheval (Christophe Donner, 2005), Cité radieuse (Conor McPherson, 2006), Thomas Chagrin et Ameriville (Will Eno, 2006 ; 2011), Une souris verte (Douglas C. Beane, 2007), Parle-moi comme la pluie, Cette propriété est condamnée (Tennessee Williams, 2011), Car tu es poussière (Harold Pinter, 2012), L’Importance d’être sérieux (Oscar Wilde, 2012).

Il met en scène au Théâtre des 13 vents Il faut je ne veux pas et Le Garçon sort de l’ombre de Régis de Martrin Donos (2011).

Pour le cinéma, il a signé le scénario original du film d’Ismael Merchant, La Propriétaire, avec Jeanne Moreau. Il a également développé plusieurs scénarios à partir de ses pièces, dont Grande école, réalisé par Robert Salis (2004), et La Fille du RER avec André Téchiné (2008).